Handicap au travail : un sujet délicat mais humain

handicap-au-travailCertes les lois de 1987 et 2005 ont fait bouger les choses. Les mentalités évoluent, mais le sujet est encore délicat à traiter pour plusieurs raisons. On revient de loin !

Pendant plusieurs siècles, les personnes handicapées étaient dispensées de travailler. Le mot handicap lui-même est récent, on qualifiait  auparavant, les handicapés d’infirmes, de débiles.

Dans les années 20, pour les invalides de guerres, puis en 1957 pour les civils, la loi inscrivait l’obligation d’emploi. Ce n’est qu’à partir de 1987 que cette obligation a été assortie d’une contribution à verser. Des organismes ont ainsi vu le jour pour financer l’insertion des travailleurs en situation de handicap.
Dans les années 70, on a surtout développé le travail en milieu protégé. L’éducation des enfants handicapés se faisait aussi, dans la mesure des places disponibles, en milieu « protégé ». Ce n’est que depuis 2005 que la scolarisation en milieu ordinaire est un droit.
Les personnes « ordinaires » s’habituent donc, peu à peu, à côtoyer dans le cadre des études et du travail, des personnes handicapées. Que leur handicap soit visible ou simplement connu, ces personnes renvoient une image d’elles-mêmes qui peut troubler.
La gageure est donc d’accueillir ce trouble, comme un signe de la richesse des relations humaines et de la diversité de la vie.
C’est un sujet délicat mais nécessaire et indispensable car il replace la question « humaine » dans l’entreprise et amène à penser le sens du travail.

L’intégration des personnes handicapées en entreprise :
« Il y a des limites mais dans ces limites on peut faire quelque chose de grand et de beau » A. Jollien

On est souvent troublé, mal à l’aise face à une personne en situation de handicap.

C’est tout le sens de notre action à Théâtre à la Carte. Nous intervenons pour faire évoluer les comportements.
Nous intervenons sur les représentations sociales du handicap, les a priori, les freins, le regard porté sur le handicap en général et sur les différents handicaps de type sensoriel, moteur, cognitif, psychique, maladies invalidantes…

Qu’apporte de différent le théâtre  ?

Au théâtre, si c’est réussi, on se reconnaît, on se retrouve immédiatement. L’effet miroir nous place face à une réaction, un comportement qu’on a eu ou qu’on reconnaît chez ses collaborateurs.
On partage une vision commune. Grâce à l’interactivité de nos interventions et la participation active du spectateur, on parvient à faire bouger et évoluer les personnages et par conséquent, les relations de travail. L’impact se mesure à la teneur des débats et échanges qui fusent dans la salle pour aider les comédiens à modifier leurs attitudes.

Quelques projets atypiques mis en oeuvre

Tous les projets sont atypiques par définition puisque conçus sur mesure, même quand ils se basent sur une « formation type » que nous adaptons. Et particulièrement sur cette thématique du handicap !

Pour une entreprise du secteur  informatique, nous intervenons sur les sites avec des apostrophes autour des machines à café. Nous nous présentons comme des « handicapologues » et nous lançons les conversations sur le thème du handicap pour annoncer des représentations théâtrales interactives écrites sur mesure que nous donnons un peu plus tard dans la journée, à l’heure du repas.

Nous accompagnons des Conseils généraux dans la mise en place de leur politique handicap. Pour l’un, nous allons commencer avec des matinées de sensibilisation destinées à l’ensemble des agents (150 personnes / séance) en interprétant un spectacle interactif, mêlé avec des témoignages vidéos, des débats. Puis, le mois suivant, nous enchaînerons avec des sessions de formation d’une journée (15 personnes / session) sur le recrutement pour le service du personnel et sur l’intégration et le management pour les encadrants.
Dans un autre Conseil général, nous avons organisé une matinée de sensibilisation pour l’ensemble des directeurs de services et nous allons maintenant réaliser une série vidéo de 5 épisodes de 2 minutes pour l’ensemble des agents.
A chaque fois, ce sont de belles rencontres et des témoignages magnifiques.

Par exemple, cette personne qui partage son bureau depuis des années avec un agent aveugle et très isolé. Ils ont du se débrouiller tous seuls pour arriver à communiquer et travailler ensemble. Cette personne témoigne et dit aujourd’hui combien son collègue est beaucoup plus épanoui qu’à son arrivée, et combien elle est heureuse d’avoir enfin  des partenaires pour l’accompagner, un espace de parole et d’échanges pour savoir comment mieux travailler tous les jours avec cette personne.

Pour en savoir plus :

Commentaires

Laisser un commentaire