Comprendre le stress ne suffit pas, il faut agir !

Marc aime son métier mais il court sans cesse après les objectifs, Stéphanie est débordée entre vie familiale et vie professionnelle, Serge ne se reconnaît plus dans cette entreprise qui a changé et où on ne respecte plus les hommes, Marie ne se sent pas reconnue, Yves croule sous les mails, Géraldine n’en peut plus de la hiérarchie qui n’écoute pas et de la direction qui ne donne plus de sens.

C’est une réalité, le stress est ressenti par beaucoup de personnes en entreprise. Chaque tour de table, en début de formation, en est le constat. Et parfois, il y a des témoignages graves. « Je ne voulais pas voir, je ne supportais pas qu’on me dise de me faire aider, je pensais pouvoir tenir. Et puis un jour, j’ai glissé. Je me suis retrouvé en dépression pendant plusieurs mois ».

Lorsque nous intervenons dans les entreprises avec la formation sur le stress, nous souhaitons toucher les personnes pour qu’elles comprennent mieux ce qui leur arrive mais surtout pour qu’elles agissent. Car la pire des choses qui puisse arriver face au  mal-être est de le subir sans réaction.

Les trois piliers de nos formations sont : l’émotion, la réflexion et l’action. Il faut s’émouvoir pour mieux s’impliquer et mieux mémoriser, comprendre pour prendre conscience et analyser, enfin agir pour faire évoluer son environnement ou ses relations.

Une formation TAC, comment ça se passe ?

Il est 9h, la formation commence par une saynète de théâtre, condensé  de situations de souffrance et de personnages maladroits dans leur communication. Les stagiaires observent, prennent des notes puis échangent leurs points de vue. Ils sont touchés. La parole est libérée. Ils disent se reconnaître dans diverses situations. Hélas ! a-t-on envie de rajouter.

Puis, les animateurs apportent l’information nécessaire pour comprendre ce phénomène. Qu’appelle-t-on stress ? Est-ce une maladie ? Un état normal ? Y a-t-il du bon stress ? A quoi voit-on qu’une personne est en souffrance ? Comment peut-on l’aider ? Comment peut-on aller vers du mieux-être ?

Les stagiaires partagent leurs réflexions. Que peut-on mettre en place dans l’atelier, le service, l’entreprise ? La productivité est incontournable, mais peut-on penser le travail tout en intégrant la notion de bien-être ? Il y a des solutions, tout en restant réaliste. Tel collègue anticipe plus, tel manager communique mieux, tel autre prend plus le temps d’écouter, etc.

En matière de mieux-être, réfléchir à plusieurs et s’influencer est un pari gagnant.

Mais le stress est aussi une affaire personnelle. Une affaire de perception et d’engagement. Face à une même situation, nous réagissions différemment. Certains stressent et d’autres pas. Il est donc important de réfléchir sur soi, de se responsabiliser. Pourquoi est-ce que je m’inquiète si facilement ? Pourquoi mon collègue voit-il la vie plus positivement ? Puis-je lâcher prise ? Quand j’ai tout essayé et que je vais encore mal, comment puis-je me protéger

La plupart des formations proposées sur le marché s’arrêtent là. Une prise de conscience et quelques bonnes intentions. Cela ne suffit pas.

Car nous avons besoin de débloquer les situations génératrices de stress. Une relation qui ne nous satisfait pas avec un hiérarchique, un collaborateur, un collègue, un client. Une organisation de travail qui nous pèse. Des objectifs qui nous semblent inatteignables. Si nous voulons mieux vivre, nous devons être capable d’aborder ses sujets avec assertivité. C’est-à-dire savoir exprimer nos besoins, dire ce qui ne va pas, demander un nouvel environnement, une autre qualité de relation. Nous pouvons agir sur notre environnement pour tenter de le modifier tout en respectant les besoins des autres.

Et là, le théâtre intervient. Car il faut oser parler, mais aussi savoir écouter l’autre. Tout est alors affaire de comportement. Une mauvaise communication et c’est le retour à la case départ.

Vous demander à votre N+1 un changement, exprimez-vous de manière positive, constructive. Vous désirez une autre organisation de travail. Soyez clair, prenez en compte les attentes des autres. En tant que manager, vous questionnez  votre collaborateur sur son ressenti. Soyez bienveillant, empathique. Vous libèrerez sa parole et l’aiderez efficacement.

Au-delà de la compréhension, une approche approfondie sur le stress ne peut s’affranchir d’un travail comportemental.

L’art et l’expertise du comédien sont de jouer une partition et de la faire vivre à un public. Dans chaque métier, dans chaque rôle, manager ou collaborateur, il y aussi une partition à jouer. Apprenons à jouer au mieux de notre instrument, mais apprenons aussi à jouer ensemble, à partager nos musiques de manière harmonieuse. C’est dans l’échange, la communication, l’écoute que nous apaiserons nos souffrances au travail.

Faire évoluer son comportement est un cheminement lent mais les progrès sont réels. Je me souviens de ces stagiaires venus me dire combien ils avaient gagné en sérénité face à des clients stressants parce qu’ils  avaient pris conscience de leurs propres réflexes dans ces situations. Et cette collaboratrice maladroite, agressive qui après un entraînement nous avait montré un autre visage : celui d’une femme affirmée, capable de proposer une relation constructive face à son manager.

Voilà pourquoi je crois en cette pédagogie.

Pour en savoir plus :

Commentaires

  1. par France

    J’ai vu une de vos formations, c’est drôle et vrai!
    C’est nous qui sommes sur scène à travers les comédiens, notre perception, notre ressenti…

    Bravo et merci

  2. par TAC

    Merci France ! C’est le principe de notre pédagogique, ludique, impliquante, au service de la progression du stagiaire. A bientôt !

Laisser un commentaire