Vie privée/vie pro(mo) !

VIEPRIVENTREPPANCHORosine Sarrasin, la petite trentaine, dynamique, intelligente, passionnée, a pris une décision inimaginable. Sa famille, ses amis et ses collègues de travail ne comprennent pas. A la machine à café, cette décision est le premier sujet de conversation. Le supérieur de Rosine, qui n’en revient toujours pas, l’a convoquée ce matin. Sans préambule, il lui pose la question.

Le supérieur : Rosine ! Pourquoi refusez-vous obstinément cette promotion ? » (Long silence… Puis Rosine se lance…)

Rosine : Si j’accepte cette promo, j’accepte les réunions qui débordent sur la soirée, les déplacements une ou deux fois par semaine, les séminaires le week-end. Je me prive d’emmener mes enfants à l’école, de m’occuper de leurs devoirs, de leurs petits soucis quotidiens.

(La chef, qui ne trouve rien de mieux à dire que…)

Le supérieur : Faut faire des choix dans la vie.

Mais Rosine ne veut pas choisir entre sa vie professionnelle et sa vie privée, les deux sont les piliers de son existence.

Le supérieur : Vous devriez travailler au Japon, ils ont des crèches dans leurs entreprises. Ils s’occupent des courses, des démarches administratives de leurs cadres.

Mais Rosine veut continuer de s’occuper elle-même de ses enfants, prendre le temps de faire à manger, de rencontrer ses voisins en faisant ses courses. Son chef ne lâche pas prise.

Le supérieur : Réfléchissez, cet avancement est indispensable pour votre carrière, c’est un marchepied unique pour ambitionner le Comité de Direction, vous entendez Rosine, je vous dis que vous pouvez ambitionner le Comité de Direction !

Rosine sourit et articule.

Rosine : Une autre raison a dicté mon choix.

Le supérieur : Je le savais, un chasseur de tête vous a fait une proposition ou vous allez vous lancer dans la politique.

Rosine : Je veux du temps, du temps juste pour moi, peut-être pour peindre ou continuer de m’occuper activement de mon association « Les copains d’abord ».

Le supérieur : Toutes pareilles les bonnes femmes, toujours à se plaindre « pas le même salaire, pas de pouvoir » et une fois au pied du mur, y’a plus personne, hein la mère de famille ?

Rosine : (qui grommelle, finit par rétorquer) Vous n’avez rien compris espèce de petit machito, ce n’est pas un problème « féminin ». Changez de point de vue ! Vous devez changer ! L’entreprise doit changer. Elle doit s’adapter à ses salariés si elle ne veut pas se priver des compétences de ses meilleurs éléments !

Pour en savoir plus :


Commentaires

Laisser un commentaire