Nom de nom, on change de nom !

changement-nomEffervescence ! On le sentait venir. Un mot, un jour, dans un couloir par quelqu’un qui semblait savoir, et qui aurait été entendu par quelqu’un qui semblait pouvoir comprendre qu’il se pourrait bien que…et ensuite,  comme la rumeur de Victor Hugo, le mot  fait son chemin. Mais depuis peu, avec les fibres synthétiques, on a des parasites sur radio moquette. Les spéculations vont bon train.  De la délocalisation à la méchante OPA, elles en ont entendu les machines à café.

- Mais là-haut, ils doivent bien savoir eux, ce qui se passe. Pourquoi ils ne nous disent rien ? Hein ! C’est bien que ça cache quelque chose. Sinon, ils parleraient, ils nous diraient ! Non ? Vous ne pensez pas ?

- Moi mon hiérarchique, il me dit qu’il ne veut rien me dire pour ne pas m’inquiéter inutilement. C’est rassurant non ?

Et puis aujourd’hui, ça y est. Tout se met en place. Le Codir et les agences de com’, qui entrent et sortent des bureaux où la moquette est plus épaisse, ont tous des airs de conspirateurs. Ils montrent bien qu’ils font comme s’ils ne savaient pas que l’on sait qu’ils savent. Et là, quelques initiés, quelques happy few suivent le cérémonial de l’engagement sur l’honneur, une main tremblante d’émotion et l’autre sur le cœur. L’œil humide de reconnaissance croise le regard empreint de tendresse paternaliste du DG suprême qui t’accorde sa confiance. Soudainement, c’est le parrain de la saga Corleone qui semble me dire : Tou es dans lé sécret dé la famille dont tou portes lé nouveau nom. On a confiance en toi, petit…mais signe quand même ces docouments. A partir dé maintenant, tou es ouné tombe.

Attention, les déclarations sur l’honneur sont signées, les portes calfeutrées. GONG ! Le cérémonial peut commencer. On vous révèle le nom. Wouah ! Tiens, mais alors c’est … (mais oui, il s’agit effectivement du nom qui se chuchote dans les couloirs depuis deux semaines). Ah ouais, c’est  » génial « ,  » dynamique  » ajoute quelqu’un,  » sexy  » surenchérit l’audacieux Jean Guy à ma gauche en remettant sa mèche rebelle,  » Résolument moderne  » se lâche la jeune dir com’ aux lunettes rectangulaires !  » conquérant  » recadre le monsieur à la cravate rouge sang ! Et maintenant, suspens….le logo ! Wouah bis et encore Wouah ! Ce vert, c’est vif ! Oui mais pas vulgaire! Oui, c’est vert, mais pas….pas trop vert. C’est…C’est racé ! Le directeur financier quinqua dégénère :  » C’est jeune, c’est chouette ! «   Et vous voyez, on retrouve le dauphin, l’emblème de notre ancien logo. Le dauphin, c’est nous ! rappelle Marine, de la RH.. Mais là, il est stylisé, il fait moins… Moins poisson ? C’est ça. Moins poisson.  Bon voilà. Tout le monde est heureux. On fait du logo neuf avec des vieux dauphins. Et maintenant, attention, on enlève le bas ! La signature ! A vos exclamations: Dynamique ! Ambitieuse ! tournée vers le client ! Le client ! Et encore le client !  » Nous avons les moyens de vos ambitions !  » Mais chut, faut pas le dire! Secret !

De retour dans l’espace partagé, difficile de tout garder pour soi. On se risque à des lapsus, pour ajouter à la connivence des happinitiés ! Tu le connais toi, le nouveau nom ? On ment. Noon ! Mais on aimerait tout de même faire savoir que oui, on est dans le secret des dieux ! Oui, on est important dans cette entreprise ! Le président CARTALA lui-même m’a tutoyé en me dévoilant le logo.

Quelques semaines plus tard, le jour J. Grand séminaire. On nous a réunis, nous, les stressés qu’on nomme ironiquement les « Zen moins un » et « Zen moins deux ».  Les autres restent au siège et dans les filiales. Faut quand même faire tourner la boutique. On leur racontera. On leur montrera le CD souvenir avec les best of de la journée.

Un animateur dynamique, cravate « vert logo », sur un ton à la fois pertinent et impertinent, fait monter le suspens et le Président CARTALA sur le plateau. On annonce, on dévoile, on projette, les lettres dansent sur un jingle furieusement tendance et viennent progressivement se placer dans l’ordre préétabli, avec le dauphin ! On applaudit. Chacun révèle à son voisin: « Je peux te le dire maintenant, mais je le connais depuis au moins trois semaines ». « Ah bon ? Seulement ? » répond l’autre !

Puis, comme des gourmandises, on distribue à chacun une pochette surprise avec des blocs notes, des papiers à en-têtes, des nouvelles cartes de visites, des stylos et même des bonbons acidulés ! Oh ! Que de cadeaux tout beaux avec le nouveau logo !

Quelle excitation. Quel moment intense. Cette grande communion autour de notre baptême à tous.

Quand je pense que moi, ma compagne se cramponne au sien pour ne pas épouser le mien, de nom. C’est vrai, changer de nom c’est beau… beau… beaucoup de boulot en perspective. Tout le travail de com’ ! Il faudra faire des déclarations officielles, prévenir sa famille, ses amis, ses clients, ses fournisseurs. Ah ! J’aimerais tellement qu’elle dise oui à mon nom. Mais elle craint de perdre son identité, ses repères…C’est peut être dû à ma signature. Dois-je lui promettre d’avoir les moyens de ses ambitions ?

 partenariat-lemonde

Commentaires

  1. par Eric

    On s’y croirait ! Bravo !

Laisser un commentaire

Articles liés
stress

« Stressé moi ? Jamais ! »

Denis sort en claquant la porte. Jean, interloqué, regarde dans l’agenda de son chef : la réunion est bien notée la semaine prochaine. Quelle injustice ! Mais c’est trop tard, il est lui aussi contaminé par le virus du stress. Son téléphone sonne. « Allô !!! Quoi ??? La machine à laver est en panne ! Mais c’est de ta faute !

Lire la suite »