Le chant des vacances

vacances-travailTrès difficile de ne pas y penser ! Pourtant, je prends mon travail au sérieux et suis plutôt du genre concentrée. Mais depuis que j’ai planifié mes vacances, je vole, je m’évapore, je m’échappe, et, gardez-le pour vous, je n’y suis plus du tout… Le matin, derrière la porte de mon bureau : la mer, sûrement ! Dans la chemise blanche du dossier Blanchard : un apéritif au crépuscule. Sur la machine à café : je cherche le bouton « glace à la vanille » et sur mon clavier,  la touche « ailleurs ». Je pars le vendredi 13 juillet ! Creepy ! Je vais à….

- Oui Monsieur Chant, ce sera fait dans cinq minutes !

Je vais en Crête dans un Club. Ce ne sera pas le grand luxe (je ne suis pas cadre) et je sais que la bouffe sera bof mais c’est pas grave ; au moins, je n’aurai pas à la préparer. En plus, je pars sans mes enfants ! Je sais ce n’est pas politiquement correct de dire ça, ou du moins d’avoir plaisir à le dire, mais je m’en fous ! C’est le papa qui aura la marmaille (3 garçons). Je serai seule et disponible… Pour un séjour lud…

- Oui Monsieur Chant, ça vient ! J’ai un petit souci informatique !

Qu’est-ce que je disais ? Ha ! Oui ; la Crète ! Je ne me fais aucune illusion. Je sais que j’ai peu de chance d’y trouver un homme prêt à me donner de l’amour, du vrai. Je ne m’attends pas non plus à un enrichissement intellectuel. Je veux simplement ne RIEN FAIRE ! Et surtout ne pas m’engager dans de ridicules excursions qui n’ont de but que d’enrichir des vendeurs de statuettes « typiques » faites en Asie. A moi, on ne me la fait pas ! Je travaille dans une société d’import-export ! Enfin… Surtout d’import. J’aimerais dormir ! Ou bien au moins avoir la possibilité de le faire. Ici, je me lève à six heures et demie, je me fais un petit café avant de réveiller les trois monstres (je les aime quand même, rassurez-vous), ensuite, c’est la course jusqu’à 20h30 (Voyez ce que je veux dire les mamans ? Merci !). En Crête (en Azerbaïdjan, ce serait pareil) je vais me réveiller à la même heure, habitude oblige, mais le fait d’essayer de me rendormir, même si je n’y arrive pas, sera une vraie jouissance ! Si, si !

- Oui Monsieur Chant, je vous l’envoie dans 3 minutes !

Toujours sur mon dos celui-là ! Il m’appelle son « assistante », mais me traite comme une secrétaire du 20ème siècle ! En plus, je voie bien ses regards qu’il a sur moi ; j’ose plus mettre de jupe ! Y’a des coups d’œil qui ne trompent pas (à part sa femme). Il porte bien son nom avec son drôle d’air ! Quoi qu’en rajoutant un « i » entre son « H » et son « A » ce serait encore plus juste même si ce « Chant » reste une fausse note dans ma vie professionnelle.

Où en étions-nous ? Mes vacances ! Oui ! Ha… Dans le tiroir de mon bureau ; le ressac, dans la salle de réunion ; une brochette de crétois à la sieste, relevée de…

- Oui Monsieur Chant, je vous le mail de suite !

Bon, je vais lui envoyer son machin avant qu’il pète un câble. Ce qu’il ne sait pas, c’est que c’est fait depuis hier (HaHa !). Un clic de souris et hop ! Je prends toujours un peu d’avance dans le travail avant les vacances ; ça me permet de lever un peu le pied quand j’en ai envie, comme maintenant. Être prise pour une idiote, ça a des avantages ; Chant est persuadé que je maîtrise mal le logiciel de gestion. Ça me permet de souffler en fin de mois !

Dans le miroir, une bouteille d’Uzo et un océan de glaçons. Une brise légère fait naître une onde sur le rideau moiré. C’est l’heure de ne rien faire comme à chaque heure, ici. Je sens encore sur ma peau, la douce chaleur des mains du masseur. A travers mes paupières merveilleusement closes, je devine l’inclinaison du soleil. Que vais-je faire plus tard ? J’aime n’en rien savoir. Je compte les lignes de l’édredon.

C’est la fin des vacances. Sous le sable ; un tableur ! Dans l’Uzo ; un curseur ! Le virus du bureau a piraté mon cortex avant même que je reprenne l’avion ! Au loin, un chant se fait entendre.

Hein ?… Quoi ? Oui, bien sur Monsieur Chant !

Oups ! Je m’étais assoupie !
Pour en savoir plus :

Commentaires

Laisser un commentaire